Chronique film

Kung Fury

Kung Fury

Dans les 80’s/90’s, tout l’univers vidéo ludique – le cinéma, les séries télé, les jeux vidéo – est en ébullition !
À chaque regard jeté sur un écran, on y trouvait des loubards se pétant la gueule à coup de barre de fer dans des explosions de sang super réalistes (un autre mot pour pixélisées), des tribulations amoureuses de sauveteurs à Malibu, un flic qui faisait tout péter juste avec un flingue et quelques grenades, des courses poursuites enragées, une voiture qui voyageait dans le temps – une autre qui parlait -, et même un parc avec des dinosaures !
Cette magie inhérente à l’époque a depuis un peu disparue des salles obscures, mais elle a clairement su s’imprimer dans les esprits, et notamment celui d’un certain David Sandberg – sérieusement, le sosie de Johnny Depp -.
En 2012, ce jeune suédois bercé par les action/comedy movies des 80’s quitte le monde de la publicité pour se consacrer à un projet personnel avec une bande de potes. De cette envie, et des 5 000 dollars injectés dans le projet nait un trailer, présentant les aventures d’un jeune flic aux allures de rebelle, passé maître dans l’art du Kung Fu, et allant casser la gueule à Hitler.
En décembre de l’année suivante, la vidéo est balancée sur le net et explose les stats. De cet engouement, Sandberg et son équipe se disent qu’il y a matière à faire quelque chose, et lancent une campagne kickstarter, avec pour but de récolter 200 000 dollars. En janvier 2014, celle-ci s’achève et lève près de 630 000 dollars !
C’est ainsi que né vraiment Kung Fury, un court-métrage explosif et complètement loufoque d’une grosse demi-heure, que le net a eu le plaisir de découvrir en mai dernier !

Attention, ça va faire mal !


Kung Fury était un flic tout ce qu’il y a de plus normal, jusqu’au jour où son coéquipier Dragon se fit décapiter par un ninja rouge. Frappé par un éclair et mordu par un cobra, Kung Fury devint le « Chosen One », le plus grand maître de Kung Fu de tout l’univers, et défit le ninja rouge.
Pleurant la mort de son ami et partenaire, Kung Fu se fit la promesse de combattre le crime et de ne jamais ravoir la responsabilité d’un autre coéquipier.
Pendant des années il combattit le crime, jusqu’au jour où Hitler voyagea dans le temps jusqu’à l’époque de Kung Fury, et le provoqua en décimant le commissariat de Miami à l’aide d’un pistolet et d’un téléphone portable.
Après l’attaque que Kung Fury arrêta, celui-ci décide de remonter, ou du moins de pirater le temps grâce à son ami Hackerman – le meilleur hacker de tous les temps -, pour aller tuer Hitler une bonne fois pour toutes !

Le plus grand hommage de tous les temps

Kung Fury est un concentré semi-sérieux de n’importe quoi et de quelques-uns des plus grands films que le cinéma ait jamais engendré. Il est ce que Far Cry 3 Blood Dragon est au net.
En gros, il est la synthèse de tous les fantasmes de l’époque – Les références sont innombrables -, un festival d’inventivité et de nostalgie ! Être un flic bad ass, connaître tous les secrets du Kung Fu, affronter une machine d’arcade qui s’est transformée en robot fou dans des cascades folles, casser la gueule à Hitler et à des punks dans les rues de Miami, avoir comme potes Thor, deux dinosaures – dont l’un est un flic -, deux femmes vikings armées jusqu’aux dents, avoir comme animal spirituel un Cobra, sérieusement, ça ne vous fait pas envie ?
Si ça ne vous fait pas envie, okay. Mais faites quelque chose pour ce trou noir qui se trouve à la place de votre cœur !

En conclusion…

Si vous êtes des gens cool, vous regarderez et partagerez ce chef d’œuvre qu’est Kung Fury ! Et si vous êtes des gens encore plus, vous ferez comme nous : vous attendrez impatiemment pour le 2 !

P.S. : la bande-originale DÉCHIRE (merci aux suédois Mitch Murder et Lost Years), et il y a même David Hasselhoff dedans !

 


avatar Maxime le 22/07/2015  -  commentaires

commentaires

Commentaire ajouté avec succès