Chronique musique

PNL – Le monde chico

PNL – Le monde chico

Disons les choses simplement : PNL, je les aime comme si je les connaissais depuis toujours. Leur dernier album, « Le Monde Chico », cartonne dans les charts, et tourne en boucle dans mon bureau. Mais pourquoi ?

Pour commencer, pour la puissance de leur double discours. Si ceci est l’essence même du rap, sa particularité, Ademo et N.O.S.le font bien à leur sauce : ils parlent de leur enfance sans leur mère, de leur solitude par rapport aux femmes en faisant un parallèle avec leur quotidien de trafic de drogue. À travers leurs paroles, ils expliquent ce désespoir face à l’avenir, qui existe dans les banlieues françaises, mais affirment ne rien lâcher, ne pas se laisser abattre. C’est touchant et motivant à la fois. Souvent, dans le rap, les artistes portent un regard critique sur l’univers des banlieues avec haine, à l’aide de lyrics durs. Ici, on se retrouve souvent acculés par une vraie mélancolie. Quoi de mieux pour susciter l’empathie chez celui qui écoute le message ?


Attention, cet album n’est pas celui de deux dépressifs. Si les thèmes restent les mêmes, la manière d’en parler change d’un track à l’autre. Certaines pistes de l’album sont constituées de paroles plus légères, presque parodiques, rarement vulgaires, créant des pauses agréables entre chaque moment de spleen. Des punchlines complétement improbables sont disséminées au travers de l’album, et le pire c’est que l’on s’en souvient rapidement (mais peut-être que le fait d’écouter l’album en boucle aide pas mal aussi) . Au final, on est obligé d’avouer que, merde, elles sont bien trouvées (transformer une phrase de Nabilla en refrain en est un bon exemple) ! On trouve également souvent des références à la pop culture qui invariablement font sourire : Disney, Dragon Ball, et bien sur Scarface (cf : le nom de l’album notamment).

Musicalement, c’est très smooth, et clairement novateur en France. Ce sont eux qui ont importé le cloud rap en France. Leur album est un enrichissement musical pour ceux qui ne sont pas familiers du rap US. Le cloud change du rap plus dur qui se faisait jusque-là (Kaaris, je pense à toi). Les envolées sont lyriques, presque éthérées, et cela s’accorde très bien avec leur utilisation du vocoder. Bref, c’est du rap qui détend. Est-ce antinomique ? Pas avec PNL. Ils se permettent même de bonnes initiatives, avec une chanson réalisée à la guitare classique. Pour un premier album, ils ne manquent pas de cran !

Un dernier mot sur le contexte de la création de l’album. Celui-ci répond à des critères qui clairement parlent. Premièrement, les clips tournés à l’étranger (Espagne, Islande, Italie…) sont les bienvenus. Pour moi qui me représente le monde dans une vision internationale, c’est le top (en plus, ça change des cages d’escaliers habituelles) ! Bon point donc. Par ailleurs, une certaine fraternité est présente à l’image – logique me direz-vous – et dans leurs paroles, les potes du quartier sont des frères. Des personnes qui placent l’amitié comme l’une de leur première valeur, on les respecte. Enfin, point le plus important, les deux frères n’ont fait aucun travail de com’. Seule la qualité de leur œuvre a parlé pour eux sur les réseaux sociaux, et c’est une bonne nouvelle dans ce monde de stars préfabriquées par la télévision.

« Le Monde Chico », sorti le 30 octobre, s’est déjà vendu à 16 000 exemplaires. Leurs clips sur Youtube ont été vus plusieurs millions de fois. Bref, les deux frères du 91 ont le vent en poupe, et c’est clairement mérité. On leur souhaite le meilleur et nous resterons à l’affut de leurs prochains travaux.

Le monde ou rien les gars.

 


avatar Jeremy le 09/11/2015  -  commentaires

commentaires

Commentaire ajouté avec succès