Revue musique

Moderat - II

Moderat - II

Le projet Moderat est né un peu avant 2002 suite à la rencontre entre deux figures majeures de l’électro’ berlinoise : l’artiste connu sous le nom d’Apparat et le groupe Modeselektor.
Derrière ces entités se cachent trois types, Gernot Bronsert et Sebastian Szary (Modeselektor) et Sascha Ring (Apparat).
En 2002, sous la houlette d’Ellen Allien et de son label BPitch Control, ils avaient sorti un EP intitulé « Auf Kosten der Gesundheit » pour finalement se séparer.
Sept ans plus tard, ils se sont réunis pour un premier album éponyme d’une grande qualité (sur lequel nous reviendrons), produit cette fois-ci par Monkeytown Records, le label de Modeselektor.

Et puis début août 2013 (le 2), la collaboration berlinoise revient avec « II ». Probablement l’un des meilleurs albums électro’ de ces dernières années. Et quand on dit probablement, c’est presque un mensonge.
« II » est un de ces albums où pratiquement tous les morceaux sont plus exceptionnels les uns que les autres, où jamais l’on ne décroche, où jamais l’on se dit « next ». En ce sens, on pourrait presque dire que cet album est parfait. Mais ce n’est pas possible hélas.


L’intro, The Mark (Interlude), pose une ambiance abyssale dans laquelle on pourrait se perdre juste en fermant les yeux. Et puis le réveil sonne avec Bad Kingdom, première punchline de l’album sur laquelle s’appose la voix de Sascha Ring avec juste ce qu’il faut de basse et un rythme poussé. Du lourd.
Puis c’est au tour de Versions de se pointer, un track aux allures enivrantes de pouponnière d’étoiles à la sauce bpm. On sauteLet In The Light, superbe piste angélique, pour tomber sur Milk, deuxième punchline de l’album et véritable démonstration de force de la formation, de même que sur Therapy ou Ilona. Après un interlude (Clouded), l’album s’éteint sur une touche émotion (déjà présente à travers tout l’opus) avec Damage Done et This Time, un grand moment.

En 53 minutes (qui filent comme une), Moderat réalise un quasi sans faute (Gita, hélas, coupe l’album en deux). Chacune de leur côté, ces deux identités que sont Modeselektor et Apparat abattaient un boulot formidable, original et séduisant. Mais il faut le dire, coupler leur expertise et leur talent… GOD DAMN IT!

Disons-le franchement même, c’était du pur génie !

 


avatar Maxime le 07/07/2015  -  commentaires

commentaires

Commentaire ajouté avec succès