Actualité locale

Au bonheur des vivants à La Vence Scène

Au bonheur des vivants à La Vence Scène

La compagnie “Shlemil Théâtre” est composée de deux artistes aux innombrables casquettes : comédiens, mimes, circassiens, illusionnistes...

Sur le papier, découvrir leur travail était très tentant puisque leur précédente pièce, « Les âmes nocturnes », a été primée coup de cœur ARTE au Festival d’Avignon.


Renommée parmi la profession, des metteurs en scène et des chefs d’orchestre les sollicitent régulièrement pour collaborer sur leurs propres créations. C’est donc enthousiaste et pleine d’attentes que je suis arrivée à La Vence Scène, salle de spectacle et de cinéma de Saint-Égrève.

Comme prévu, le spectacle a été acclamé ! Les enfants et les parents semblent avoir adorés et ma grand-mère a été je cite, « émerveillée ». Pour ma part, je suis loin d’avoir été transcendée. J’ai vu de belles choses certes, mais trop imparfaites.

 

Cette nouvelle création, « Au bonheur des vivants », fait donc suite à leur succès « Les âmes nocturnes ». Les personnages dont on ne sait pas vraiment s’ils sont vivants, fantômes, dormeurs, somnambules - ou un peu tout cela à la fois -, sont en pyjama et très grossièrement maquillés : le visage blanc, des cernes noirs pour lui, une bouche rouge et gigantesque pour elle. Cette apparence clownesque accompagne bien les farces de ce couple un peu patachon, mais manque cruellement de subtilité. De près, les illusions sont trop imparfaites car beaucoup de manipulations se voient, ce qui désenchante le résultat. La cerise sur le gâteau, c’est le numéro d’accordéon à 4 mains : la comédienne, cachée derrière son partenaire, n’arrive pas à reprendre en aveugle le morceau joué.  Ça sonne faux, ce n’est pas en rythme, bref, il y a encore un peu de boulot à faire sur ce tableau pour l’instant raté.

Mais plus encore, je regrette que ce spectacle ne porte pas plus une parole ou une histoire. C’est un enchaînement de scènes du quotidien qui motivent les numéros qui naissent d’objet communs : un encrier, une poussette, une radio, un fauteuil, une commode… Mais ces scénettes sont pauvres de signification et sans transitions. Le tout est accompagné d’acrobaties très bien réalisées donnant de la légèreté et de la finesse. Certaines scènes sont très poétiques, d’autres en manquent cruellement, comme lors de l’utilisation de faux bras, fausses tête et jambes. L’équilibre reste à trouver.

 

Le bilan est donc partagé. Je ne saurais qu’encourager à aller voir la création de cette compagnie tant l'enthousiasme en salle fût fort. Mais dans le même temps, je regrette l’absence d’écriture dramatique globale et déplore l’illusion imparfaite.

 

“Au bonheur des vivants” - La Vence Scène [Saint-Egrève] - vu le Samedi 6/02/16


avatar Lorene le 08/02/2016  -  commentaires

commentaires

Commentaire ajouté avec succès