Actualité locale

DELUXE, à La Belle Electrique : pas de scrabble !

DELUXE, à La Belle Electrique : pas de scrabble !

Direct, ØCTAV ouvre sur une pop sympathique qui fait assez penser à celle de Yelle avec une touche de sensualité supplémentaire. Bien que le mélange anglais-francais dans les paroles soit un peu dérangeant, surtout pour l’amatrice de - trop rare - pop française que je suis, le trio dégage l’énergie qu’il faut pour une mise en condition : le chant est juste et chaleureux et les instru’ jeunes et fraîches, oscillant entre Rock et Électronique, nous offrent de très bonnes basses.

 


Quant à Deluxe, dès le départ, le décor est planté : ça va être le grand bordel. Leur jeu de scène est simplement fou. Du début à la fin, des lumières aux costumes, tout n’est que faste, brillance et manque de sérieux. Liliboy, chanteuse sans peur, toujours comique, et d’une luminosité solaire, se lâche complètement, embarquant avec elle le reste de son équipage. Entre mimiques et danses improbables, elle rendrait presque le ridicule séduisant !

Et inutile d’essayer de se reposer : entre les chansons s’enchaînent chorégraphies, concours de saut, de hurlements et autre facéties.

 

Pour ce qui est de la musique aussi on a été gâtés ! Avec une voix pareille et tous ces multi-instrumentistes de génie autour, la qualité était assurée. Et que d’inédit ! Le groupe expérimente gaiement et n’hésite pas à se promener dans des styles où on ne les attend pas. Comme ce gros moment de Dubstep certes un peu perturbant - on aime ou on n’aime pas hein - mais qui prouve, et ça fait plaisir, que cette joyeuse bande fait son truc sans trop se soucier de ce que l’on pourrait en penser.

 

Un regret seulement. Le public a fait preuve à plusieurs reprises d’un étonnant manque de respect : un solo de basse, de saxo, une chanson un peu plus calme que les autres et quelques crétins se mettaient systématiquement à hurler et/ou siffler… Enfin quoi qu’il en soit, ça n’a pas empêché le groupe de s’éclater et nous éclater au passage.

 

Folie douce et danses effrénées, un concert définitivement DE LUXE.

 

 


avatar Alice le 08/03/2016  -  commentaires

commentaires

Commentaire ajouté avec succès