Chronique musique

Moderat - III : bon, mais moins bon.

Moderat - III : bon, mais moins bon.

Sans l’ombre d’un doute, de sa sortie au mois d’août 2013 jusqu’à maintenant, "II" – dont je vous parlais ici - reste l’un des albums les plus cohérents et aboutis que j’ai pu écouter de ma vie.

La définition la plus pure de ce qu’est Moderat ; un véritable paradigme musical ; un album exceptionnel ; le sommet.


Et c’est là que la question habituelle – mais non moins capitale – s’est posée : s’arrêter, ou continuer ?

Bien évidemment, la réponse fût "III", mais pas que. Pression du public, besoin de clore la trilogie initiée par "I" (mai 2009), et puis merde, ils font bien ce qu’ils veulent !

 

Autant enfoncer les portes ouvertes, "III" n’est pas aussi bon que son prédécesseur. Il est un peu ce que "Love Letters" est à "The English Riviera" (Metronomy) ou "Coexist" à "The XX" (The XX donc) : moins bon.

Attention : moins bon ne veut pas dire mauvais, et malgré le fait que j’écoute "III" en boucle depuis 3 jours, que je l’aime beaucoup, je doute qu’il reste aussi longtemps dans ma mémoire que l’opus cité plus haut. Il est juste clairement difficile de faire mieux que "II".

 

Première frustration, "III" est le plus court des trois. C’est un peu bas de gamme comme réflexion, mais ça n’en reste pas moins vrai : MOINS DE TEMPS DE PLAISIR.

Deuxième frustration, carrément aussi bas de gamme (car 100% subjective et assumée), la pochette n’est pas très parlante – en tout cas pour moi -. Pire, elle m’est carrément dérangeante !

 

Précisions mises à part, parlons de l’album lui-même. Clairement, aucun track ne m’a scotché (genre littéralement) à mon casque à part Finder, 4ième piste de l’album. Merveilleusement mélodieuse, emplie de ce sentiment de mouvement propre à Moderat, Finder est LA pépite de l’album, son seul défaut étant de s’achever un peu abruptement. On retrouve cette maîtrise du mouvement sur Intruder et Animal Trails, deux superbes morceaux.

L’autre truc de Moderat, c’est l’émotion (sérieusement, regardez le clip de Last Time ou écoutez Damage Done). Et là… Non pas qu’elle ait disparue, mais elle se fait assez discrète. À part sur The Fool, rien de vraiment marquant.

 

À me lire, on dirait que je vous dis que cet album est merdique, ou à défaut, pas top. Ça ne saurait être plus loin de la vérité. "III" est dans le haut du panier, mais il n’est pas aussi marquant que ce qui le précède (même "I", pourtant brouillon – de fait éclectique -, est plus intéressant).

 

Un très bon album donc, mais moins bon.

 

 


avatar Maxime le 01/04/2016  -  commentaires

commentaires

Commentaire ajouté avec succès