Actualité locale

Le repas, du Cheptel Aleikoum : l'art de la cuisine ensemble.

Le repas, du Cheptel Aleikoum : l'art de la cuisine ensemble.

J'ai découvert le Cheptel Aleikoum en 2011 dans le Sud-Ouest de la France. Leur spectacle Le repas venait d’être créé et depuis, ils tournent toujours. C'est dire le succès de leur création atypique. Dès que j’ai vu ce spectacle au programme de la 5ième édition de la biennale du cirque de la CAPI (Communauté d'Agglomération Porte de l’Isère), j'ai remué ciel et terre pour y emmener mes proches et retourner voir ce petit bijou !

Si vous aussi, vous souhaitez assister à "Le repas", pensez à venir l'estomac vide puisque pour le même prix, on assiste à un spectacle tout en cuisinant, mangeant et en faisant la vaisselle ! Oui, oui, jusqu'à la vaisselle !


À notre arrivée sous le chapiteau, un artiste nous invite à nous laisser nos affaires sur un immense porte manteau circulaire. Un autre nous lave les mains, puis on nous accompagne à l'une des grandes tablées. Bref, c’est un comme à la maison ! Les tables sont en périphérie et au centre du chapiteau. Cette disposition annonce la couleur, il n'y aura pas UNE scène.  Abandonnons les codes du théâtre traditionnel et sa frontalité. Nous sommes au centre du spectacle. Tout se passera partout, devant, derrière et au-dessus de nous. Seule exceptions faite à cet espace anarchique, un petit coin de chapiteau est réservé aux musiciens et un autre, à la cuisine et à son chef.

Le Cheptel Aleikoum est une compagnie née de la quinzième promotion du Centre National des Arts du Cirque. Ils ont composé cette soirée avec une alternance de numéros de cirque traditionnel (roue cyr, corde, acrobaties...), de tâches collectives et participatives (épluchage des légumes, service, vaisselle...) et de numéros inclassables et atypiques (relais de montage de crème en chantilly, jongle avec des œufs, bataille de citron propulsé par canon, pilonnage de cacahuètes au marteau piqueur... j'en passe et des meilleurs !). L'expérience est difficile à décrire, mais l'enthousiasme est général à tout âge !

Côté cuisine, au menu, nous avons eu droit en entrée à une soupe de betterave à la crème ciboulette. En plat principal, le chef nous a cuisiné un mafé de poulet avec boulgour et quinoa, et en dessert : une crème aux œufs siphonnée au caramel. Menu inchangé d'après mes souvenirs depuis presque 5 ans !

Ce que je retiens de cette expérience est la convivialité et la connivence que cet art créé entre des inconnus, aussi bien entre les spectateurs eux-mêmes qu'entre le public et les artistes. Les musiciens (souvent rejoins par les circassiens eux aussi instrumentistes), englobent ce joyeux fouillis à merveille, donnant une unité à cette création d'apparence anarchique.

C’est une proposition populaire qu'on aimerait bien montrer à tous ceux qui n'ont pas encore compris que la culture fait société !

 

Photos & vidéo à cette adresse : http://cheptelaleikoum.com/index.php/spectacles/le-repas

 

 


avatar Lorene le 23/05/2016  -  commentaires

commentaires

Commentaire ajouté avec succès