Chronique musique

Anoraak – Figure EP : l’histoire sans fin.

Anoraak – Figure EP : l’histoire sans fin.

La première fois que j’ai entendu parler d’Anoraak, je me suis marré comme pas permis. Pour ma défense, c’était il y a longtemps – très longtemps -, j’étais jeune, pas très sage, et surtout en plein process d’ouverture sur la musique « autre » que ce qui passait à la radio.

Du coup, quand on vous dit qu’un mec se fait appeler comme ça, qu’un autre a préféré le nom de College, et que ceux du fond, ceux-là là-bas, c’est Minitel rose, ça peut inviter à la moquerie bête et méchante envers la Kitscherie. J’ai vite déchanté quand j’ai commencé à écouter tout ça.


 

À l’époque, KΔVINϟKY n’était pas grand-chose, pas de Night Call/Drive à l’horizon pour l’immortaliser, mais j’écoutais en boucle ces EPs ("Teddy Boy EP" et "1986"), attendant patiemment un album pour cristalliser tout ça – je l’ai eu quelques années plus tard, mais ce n’était pas DU TOUT ça -. Et puis de fil en aiguille, merci Deezer – de l’époque -, je suis tombé sur tout ce petit monde, le Collectif Valérie, emmené par David Grellier (le fameux College donc). Depuis, c’est l’amour fou, et le petit concert que j’ai fait au Cargo de Nuit d’Arles en 2010 avec deux amis n’a fait que renforcer cet amour – j’en rêve encore parfois -.

C’est à cette occasion que j’avais pu vraiment découvrir le travail de Frédéric Rivière, et l’apprécier (puisqu’on venait, mea culpa, principalement pour Minitel rose).

Bon, okay, son dernier album ("Chronotropic"), sorti il y a maintenant 3 ans, ne m’avait pas renversé de fond en comble – en même temps, c’était assez difficile de passer après les mois d’écoute sur son album précédent, "Wherever The Sun Sets" -. Mais ça ne change rien au fait qu’Anoraak, c’est franchement cool – surtout quand pointe enfin l’été -.

 

Ainsi vient "Figure", petit sucrerie d’une trentaine de minutes, sorti il y a quelques jours, sous son label Endless Summer (si mes sources sont exactes, les internets, parfois, c’est de la merde, toi-même tu sais).

Que dire au sujet de cet EP ? Pas grand-chose, si ce n’est que la seule chose que vous devriez faire maintenant, c’est prendre votre vélo, le mettre sur votre téléphone, et aller faire un petit tour à travers les champs.

Blague à part, n’est pas sucrerie pour rien, chacun des 4 morceaux studio est à tomber. À commencer par We Lost (en featuring avec Slow Shiver), dont le titre mélancolique équilibre la beauté nostalgique. S’en suit le Odds Are Good, soutenu par la voix de Rivière lui-même, toujours aussi angélique, puis le tranquillou posey Heart Out. C’est pour finir sur Figure que l’EP du même nom s’achève - exception faite du remix de We Lost par LEFTI dont je n’ai pas grand-chose à dire car les remixes, ce n’est pas trop mon truc - véritable ode à la légèreté et à la détente estivale.

 

Si la promesse de Rivière à travers son label, c’est bel et bien du Endless Summer, alors là, je dis OUI MONSIEUR ! Très belle journée !

 

 


avatar Maxime le 22/06/2016  -  commentaires

commentaires

Commentaire ajouté avec succès