Dossier film

Les blockbusters d’août 2016

Les blockbusters d’août 2016

Sera évoqué dans ce mini-dossier plusieurs films sortis en ce mois d’août 2016, mais pas tous. Star Trek Sans Limites, Instinct de survie, et Dernier train pour Busan - qui aura le droit à un article complet rien que pour lui - ne seront pas traités ici. En effet, je n’ai tout simplement pas eu le temps de voir ces films, pas plus qu’Independance Day: Resurgence (oui je sais, c’est mal…).

 


Suicide Squad (03 août 2016)

 

Réalisé par David Ayer (Fury, 2014) Suicide Squad est un vieux projet qui n’a cessé d’intriguer, et cela jusqu’à sa sortie en forme de malheureuse conclusion… L’escadron de super-vilains (alias les Expendables du DCEU, l’univers cinématographique de DC Comics) n’a en effet pas vraiment conquis le public. La team emmenée par un Dead Shot (Will Smith) insupportable en bon père aimant... et Harley Quinn (Margot Robbie) a eu, il faut bien le dire, quelque soucis techniques... En effet on peut parler du montage, du rythme, des personnages (comme cet inutile de Slipknot, du pote de Rick Flagg incarné par Scott Eastwood et dont la mort ne nous fait ni chaud ni froid – d’ailleurs, si vous vous souvenez comment il meurt, je veux bien que vous me rafraichissiez la mémoire - etc.), des dialogues et j’en passe. Malgré cela j’ai passé un bon moment, à condition de ne s’attendre à rien, même si le film ne m’a pas laissé le moindre souvenir. Hormis peut-être une esthétique assez originale, ou du moins sympathique et réussie, le film ne parvient jamais à nous convaincre. Il n’y pas une scène marquante. C’est dommage car l’escouade avait du potentiel.

J’ai apprécié le Joker même si je pense qu’il n’a pas convaincu tout le monde… Il a beaucoup de scènes pour lui je trouve, dont certaines auraient sûrement pu être mieux amenées. Il colle bien à l’esprit du film mais il faudra clairement attendre de le voir dans un autre cadre pour espérer que Jared Leto sublime son personnage. Il est un très bon acteur et il est dommage qu'il ne puisse nous livrer un Joker de la trempe de Jack Nicholson ou de Heath Leadger. Il en a le potentiel je crois. En tout cas, il est un Joker original, et sa relation avec Harley Quinn est fort plaisante.

Pour ce qui est du scénario ce n’est pas très bon. La méchante Amanda Waller, plus amère que les super-vilains - c'est dire si elle est vile ! -, recrute une équipe pour monter une escouade suicide. Les super-vilains, malmenés dans leurs sordides cellules, passent presque pour des victimes alors qu’au final… ce sont des vilains ! Le film les fait passer pour des gentils, des gentils super-vilains en quelque sorte... Ou des super-vilains gentils ! Bref, je suis perdu ! De ce point de vue-là, je trouve que le long-métrage est un peu trop niais. Ce qui n'est sûrement pas le meilleur adjectif... En bref, il est décevant ! En conclusion : quelles seront les réponses de Warner pour la suite du DCEU ? Réponses en 2017 avec Wonder Woman et Justice League !

 

 

Jason Bourne (10 août 2016)

 

Neuf années après la Vengeance dans la Peau (2007), Paul Greengrass nous revient avec un quatrième film de sa saga Jason Bourne, initiée en 2003 (je ne compte pas Legacy qui serait plutôt un spin-off).

Sobrement intitulé Jason Bourne, ce nouvel opus de notre espion/arme fatale préféré sonne comme une synthèse et un hommage de ce qu’est un film de la saga. Les ingrédients y sont en effet tous réunis : une bande originale qui laisse une grande place au violoncelle, des courses poursuites dantesques et haletantes, des combats rapprochés filmés sans le strict ornement sonore… et disposant d’une très bonne chorégraphie, c’est somptueux ! Sans oublier notre héros qui se retrouve malgré lui mêlé à un complot international – un peu comme d’hab’ en fait -. L’action du film est excellente même si les séquences sont filmées de trop près et que les mouvements de caméras sont trop rapides, et donc incompréhensibles. Le casting est très bon (Tommy Lee Jones, Matt Damon – forcément -, Vincent Cassel ou encore Alicia Vikander) et la réalisation est également très bonne.

Niveau scénario, on est un peu déçu, même si les thèmes abordés sont intéressants. Il est question de technologie moderne, de surveillance internationale et de CIA – forcément aussi -. La partie du film concernant le passé de Jason est moins intéressante. Pour autant, la palette de personnages exploités est captivante. Et une nouvelle manière de percevoir le héros est amenée, celle du patriote. En effet, Bourne est interrogé sur sa nature de patriote. Après tout, c'est bien lui qui avait volontairement choisi faire partie du projet Treadstone.

Chaque personnage a son rôle. L'atout (Vincent Cassel) est une arme humaine glaciale et implacable aux services de Robert Dewey (Tommy Lee Jones) qui est le nouveau patron de la CIA. Ce dernier est prêt à tout pour la défense des États-Unis. Et c'est pour cela qu'il s’est associé avec Aaron Kalloor (Riz Ahmed),  jeune patron de Deep Dream - important réseau social mondial - afin de lancer une grande manœuvre de surveillance planétaire. Heather Lee (Alicia Vikander) est une agente prometteuse et ambitieuse qui révèle sa vraie nature à la fin du film. Un retournement plutôt bien mené pour ce personnage qui apparaît en fin de film cruelle et manipulatrice, quand elle apparaissait plutôt sympathique durant le long-métrage. On a même pitié d'elle lorsqu'elle se fait doubler par Dewey dans une excellente scène se déroulant à Londres.

Par ce sujet très contemporain des réseaux sociaux, de la protection de la vie privée, et de la surveillance mondial, le film s’inscrit dans une période très récente, avec des repères historiques réels (mention de l'affaire Snowden). Greengrass nous présente tout cela sans pour autant nous donner des réponses ou même son avis. Ce qui nous laisse la place de faire notre propre réflexion. En soit c'est un bon Jason Bourne et donc un bon film - sauf pour ceux qui sont allergiques aux Bourne... - !

 

 

Peter et Elliott le Dragon (17 août 2016)

 

Peter et (Billylol) Elliott le Dragon est un film Disney de David Lowery (Les amants du Texas, Rectify saison 2) cliché et bateau avec une bonne couche de bons sentiments. Il est plutôt inintéressant et aurait tendance à être sympa à condition d'avoir dix ans ou moins. Dans le cas contraire, ce film pourrait bien vous refiler le cancer ! Blague à part et méchanceté gratuite mise de côté, le film joue la carte de la comédie familiale bien-pensante et gentillette, ce qu'il fait bien, admettons-le. Pour autant, les acteurs sont mauvais et leurs personnages sont des caricatures ! À l'exemple de Garvin (Karl Urban), qui sert de méchant au film et qui est réellement écrit sans la moindre once d'originalité ! Et je ne vous parle pas de Grace (Bryce Dallas Howard) ou de son inutile de mari, Jack (Wes Bentley). Le scénario n'est lui aussi en rien original... On a déjà vu des dizaines de films avec le même scénar’ et la même b.o. (très bonne par ailleurs) depuis les années... 1990 !

En regardant le film, je me demandais s'il allait être du genre conte écologique (car on effleure ultra-rapidement la question de la déforestation), histoire sur la famille, histoire à la E.T - sur l'acceptation de l'autre -, etc. Mais il n'en est absolument rien ! Le long-métrage est un divertissement un peu sympa avec un dragon tout vert (ça aurait pu être n'importe quoi d'autre !) et un garçon ennuyant à regarder et encore une fois caricatural.

Peter et Elliott le Dragon n'est rien d'autre que ce qu'il nous montre. Il n'y a pas de petite morale, rien qui transcenderait le film. Encore une fois, il est un divertissement pour enfant pris pour un idiot.

Comme d’hab’, Disney nous refait du vieux avec du neuf. On nous transforme les films d'animation de notre jeunesse, ou ceux de nos aînés (la première version du film est sortie en 1977), en live action. Si ça marche bien pour Le Livre de la Jungle de 2016, ça ne prend pas du tout pour Peter et Elliott le dragon qui est inintéressant et qui transpire le bon sentiment Disney, ce qui est en décalage avec les films plus récents que le studio nous a proposé (je cite encore une fois l'exemple du Livre de la jungle).

 

 

Que de tristesse en voyant à quel point on s’est quand même foutu un peu de nous avec Suicide Squad et Peter et Elliott le dragon. Entre un film incohérent qui se regarde un peu comme le téléfilm de l’après-midi et un remake sans saveur ni originalité aucune, on n’a pas été gâté ! Au final, puisque Jason Bourne est un film Bourne classique, seul Dernier train pour Busan apparaît comme original et rafraîchissant. Mais on y reviendra bientôt !


avatar Roman le 13/09/2016  -  commentaires

commentaires

Commentaire ajouté avec succès