Chronique jeu

FIFA 17 : mon mec, Fifa et moi.

FIFA 17 : mon mec, Fifa et moi.

Impossible de passer à travers cet évènement du jeu vidéo, le dernier Fifa est sorti la semaine dernière. Mon copain étant un fan absolu (c'est-à-dire, qu'il les a TOUS depuis 98, oui oui, c’est ça, c’est le vingtième qu'il achète), il l'a réservé au mois de juin sur Amazon (prévoyant le garçon). Le jour J, la célèbre pochette trônait fièrement sur la table de notre salon. « Ce soir ma chérie, c'est soirée Fifa » – Oh god, que faire ? Improviser une soirée en ville ? M'enfermer dans ma chambre et finir le deuxième tome d'1Q84 dont je dois te parler un jour ? Eh bien pour une fois, je décidais de mettre de coté mes préjugés (et mon sérieux manque d'intérêt pour le Football) et de me laisser tenter par une petite partie.

Inutile de vous refaire l'historique de ce jeu cultissime, le principe est simple : on joue au Foot, sur sa console. Seul contre l'ordinateur ou contre un ami (ou sa copine), Fifa est créateur de lien social depuis 1994, rien que ça ! Impossible pour moi donc de continuer à faire l'impasse vous l'aurez compris. Mais avant de te raconter ma super expérience, une petite analyse rapide des changements que l'ont peut rencontrer avec la précédente version.


Tout d'abord, la pochette de cette année nous montre un Marco Reus (joueur allemand), flamboyant, maillot jaune, sourire coquin et bras musclés tatoués (finalement, Fifa, ça peut me plaire). Et alors me direz-vous ? Eh bien, c'était Lionel Messi qui avait cet honneur depuis 2013 ! Je me demande combien ça a du coûter… mais, ne soyons pas mauvaise langue. En termes de jouabilité ça donne quoi ?

Selon les experts, c'est-à-dire mon copain et son frère, Fifa 17 est bien meilleur, ou vraiment moins bien… bref, les avis divergent, en tout cas ils s'accordent pour dire « que les deux versions n'ont rien à voir du tout ! ».

Déjà, les parties sont plus longues, et plus compliquées. Selon les équipes choisies, on peut distinctement remarquer la rapidité et la tactique des joueurs. Il semblerait aussi, qu'il soit plus réaliste, les passes demandent plus de précision par exemple. Il y a également une nouvelle façon de tirer les coups francs et les penalties avec un système de cibles et de marquages au sol. Moi, ce qu'il m'a d'emblé marqué, c'est l'impressionnant réalisme des visages et mimiques. Ça m'a un peu rappelé Until Dawn. Je trouve aussi très réussi les bruitages et tout ce qui se rapproche de l'ambiance d'un stade. En tant que spectatrice, on a presque l'impression de regarder un match à la télévision. D'ailleurs, Fifa 17 accueille les brillants et savoureux commentaires sportifs de notre Pierre Menez national ! Il y a également la création d'un nouveau mode, le mode aventure, mais que je n'ai pas encore eu l'occasion de tester. Enfin, les entraineurs apparaissent enfin ! Leurs réactions sont montrées pendant le match, ce qui donne encore plus l'impression d'assister à un vrai affrontement sportif. En parlant d'entraineur, EST-CE QU'ON PEUT PARLER DE LA TÊTE DE ZIDANE ? Qui, mais qui est responsable d'une telle abomination ?!

 

 

Allez, passons maintenant aux choses sérieuses. J'ai donc commencé une partie contre mon copain, en prenant une petite équipe provinciale et méconnue du nom de Real Madrid, contre la tout aussi modeste équipe anglaise Manchester United. Bon, déjà, il m'a bien fallu 20 minutes pour maitriser les touches. Le rond, tu tires, le carré tu centres, le triangle passe en profondeur, et la croix passes courtes. Enfin ça, c'est quand tu as le ballon. Autant vous dire que les premières minutes de jeu n'étaient pas bien passionnantes, parce que je confondais toujours les touches et finissait par me faire piquer la balle… Eh oui, difficile de rivaliser contre un joueur avec 20 ans d'expérience. Après 30 minutes d'entrainement, le résultat était toujours aussi pathétique, je n'arrivais toujours pas à viser correctement les cages, seule et sans défenseur pour me contrer… Sans stratégie et sans technique, mes parties ressemblaient d'avantage à la balle au prisonnier. Ma fierté de grande gameuse en a pris un sacré coup, moi qui suis habituée à lui foutre des raclés monumentales à Mario Kart Wii. Mais il faut savoir accepter sa défaite et se retirer tant qu'il en est encore temps… J'ai donc fini au lit, devant un épisode d'Archer pour me remonter le moral…

 

Conclusion, c'est nul, et non, je ne suis pas mauvaise perdante.

 

 


avatar Aude le 07/10/2016  -  commentaires

commentaires

Commentaire ajouté avec succès