Chronique série

Haters Back Off : vous allez adorer la détester !

Haters Back Off : vous allez adorer la détester !

Haters Back Off, la dernière série Netflix m'a fait l'effet d'une grosse claque, mais pas forcément dans le bon sens du terme (y en a-t-il un bon ?)… Sortie il y a une semaine, j'ai rapidement regardé les 8 épisodes de la première saison. Encore une fois, comme à mon habitude, je ne savais absolument pas à quoi m'attendre. Si je reprochais à Netflix de produire des séries un peu trop "proprettes" comme "Easy", on peut dire qu'avec Haters Back Off, j'ai été sacrément surprise… Surprise comme lorsqu'on traverse la rue et qu'on ne voit pas le trois tonnes cinq qui fonce sur nous.

 


Cette série nous raconte la vie de Miranda, une jeune américaine persuadée d'avoir un talent fou en chanson, comédie, bref d'être une star montante encore méconnue du grand public. Il ne peut en rester ainsi, elle se doit de partager son talent au reste du monde, qui a beaucoup à perdre de ne pas connaitre sa magnifique voix. Elle suit alors les conseils avisés de son oncle, Jim, pour devenir en 5 points, la plus grande star au monde (points qui vont de mettre une vidéo sur YouTube à devenir magicienne). Encouragée par sa famille et sa grande confiance en elle, rien ne saurait l'arrêter dans sa course à la célébrité. Jusque là, une série relativement classique, on la croirait toute droite sortie de Disney Channel. Oui, mais ça c'est sans connaître le personnage, parce que Miranda, c'est ça :

 

 

Ah oui, là, tout de suite, on réalise qu'on s'est peut-être un peu trompé. Vous comprenez peut-être mieux l'image du camion dans ta face.

 

Une adaptation d'une chaine YouTube

 

Je l'ignorais quand je regardais la série, mais Haters Back Off n'est rien d’autre que l'adaptation de vidéos YouTube d'une jeune humoriste, Colleen Ballinger alias Miranda Sings, plus connue aux Etats-Unis qu'en France. Elle a posté ses premières vidéos il y a huit ans, mais a vraiment commencé à être connu avec un cours de chant gratuit en ligne :

 

 

Agaçante, egocentrique et surtout affreuse chanteuse, Miranda Sings énerve autant qu'elle nous fait rire et cela depuis des années ! Netflix a donc voulu "lui rendre hommage" et travailler avec la comédienne pour raconter l'histoire de la création de son personnage. D’où vient-elle, où et avec qui vit-elle, comment est-elle devenue si connue (oui oui, si connue, sa chaine YouTube a plus de 7 millions d'abonnés) ? Sur le principe, j'adhère à 200%. Je trouve ça hyper original d'adapter à l’écran une personnalité YouTube en série, abordant ainsi des thématiques qui touchent particulièrement notre génération, la célébrité via le net, la recherche utile du buzz qui nous pousse à nous exposer et donc à subir des critiques qui peuvent être particulièrement haineuses. Mais ces sujets arrivent plutôt en seconde place, laissant toute l'attention sur la « diva »

.

Une famille de dingues dans un scénario un peu fadasse

 

L'originalité de cette série tourne autour de son personnage principal, limite déficient mental, entouré d'une famille toute aussi dingue. Son oncle Jim, son plus grand fan mais aussi son manager avec qui elle entretient une relation presque incestueuse, sa mère, hypocondriaque et célibataire qui lutte pour reprendre sa vie en main, et sa sœur, l'unique personne censée de ce foyer dont elle a clairement honte, qui fait tout pour ne pas être associée à Miranda. Ce sont ces personnages, cet environnement incroyable que j'ai adoré. La jeune star est certes au centre de toutes les attentions, mais elle n'est mise en valeur que parce qu'elle est entourée d'une famille qui croit en elle, et l'encourage dans ses délires. Cette attention qu'elle focalise sur elle est aussi un poison pour le foyer qui a besoin de se reprendre en main. Étrangement, j'ai été aussi choquée qu'attendrie par ces gens improbables, qui se mettent tous derrière la chanteuse, mettant de coté leurs propres ambitions et envies.

Néanmoins, l'originalité du scénario réalisé par Colleen et Chris Ballinger se base à 70% sur Miranda Sings. Le risque est donc de décevoir les fans qui suivent l'humoriste depuis presque 10 ans et n'arrivent pas être convaincu par cette histoire. 20% ne sont que folie et humour improbable qui nous font nous dire "mais qu'est ce que je suis entrain de regarder ?". Et les 10% restants s'inspirent d'un scénario relativement classique, entre famille brisée, amour et déception et petite morale à la fin qui va bien du genre "si on est trop égoïste, ben on se retrouve seul".

 

Envie d'un trip en fin de soirée ?

 

Vous aimez le risque ? Alors tentez Haters Back Off, cette série qui vous fera dire "mais putain Maman, t'as mis quoi dans le gâteau ?!" (oui, ceci est une conclusion parfaitement constructive !).


avatar Aude le 21/10/2016  -  commentaires

commentaires

Commentaire ajouté avec succès