Revue série

Ash vs Evil Dead, saisons 01 & 02 : jubilatoires et généreuses !

Ash vs Evil Dead, saisons 01 & 02 : jubilatoires et généreuses !

Ash vs Evil Dead est une série créée et produite par Sam Raimi (les trilogies Evil Dead et Spider-Man). La série compte deux saisons de dix épisodes, la première ayant été diffusée en fin d’année 2015 et la seconde entre octobre et décembre 2016. La série est la suite de la trilogie cinématographique Evil Dead et remplace, comme le voulaient des rumeurs qui couraient au début des années 2010 me semble-t-il, d’un hypothétique quatrième film.

 


Avant la série, donc, il y avait les longs-métrages...

 

Parlons peu, parlons bien : Ash vs Evil Dead, c'est parfois... un peu tiré par les cheveux !

 

Des films cultes !

 

Le premier film sort en 1981. Il est tourné en Nouvelle-Zélande (il en sera de même pour les suites et la série) et comprend dans le rôle principal (Ash Williams) Bruce Campbell que l’on verra dans toutes les suites ainsi que la série. Il joue également le commentateur des matchs de catch dans Spider-Man (1) pour l’anecdote... Le synopsis du film est celui qui inspirera de nombreux films d’épouvante et est devenu avec le temps le scénario cliché du film d’épouvante : de jeunes gens (quatre pour être précis, dont un couple) partent en vacances dans une cabane glauque perdue dans une forêt lugubre, trouvent un livre démoniaque (le Necronomicon dans le cas présent), le lisent et activent ainsi une malédiction qui signifie possessions de corps, transformation en morts-vivants, viol sauvage par un arbre (oui tout à fait !), etc. Evil Dead, ainsi que les films du même genre sortis dans les années 80, entre dans cette catégorie des long-métrages gore où les personnages se retrouvent aspergés d’hémoglobine, sont contraints de se mutiler, etc. Le deuxième film (sorti en 1987) est intéressant dans sa mise en scène et ses plans de caméras. Cet opus joue plus sur le côté psychologique en montrant un Bruce Campbell possédé et fou. Le dernier (1992) de la trilogie est d’avantage orienté humour et raconte l’histoire d’Ash qui se retrouve piégé au Moyen-Âge et c’est… complètement barré ! En 2013, enfin, Fede Alvarez (Sam Raimi est à la production) nous gratifie d’un excellent remake bien effrayant et bien gore saupoudré d’une fin savoureuse ! Un bel hommage pour cette saga culte !

 

C’est donc dans cet esprit d’horreur-épouvante-gore que se place en toute logique Ash Versus Evil Dead.

 

En un mot : GORE!

 

Une série qui s'inscrit dans la veine des films

 

La première saison diffusée fin 2015 prend la suite directe des films. Elle se déroule plus de trente ans après le premier film et, petite parenthèse, l’épisode pilot est absolument excellent et terrifiant ! On retrouve Ash qui vit dansa sa caravane et qui travail comme vendeur dans une moyenne surface. Un soir où il est complètement stone ,il lit un passage du Necronomicon. Sa bêtise réveille les forces du mal aussi bien il ressort aussitôt sa tronçonneuse et son fusil à double-canon du placard et part affronter les deadites (démons). C'est accompagné de Pablo (Ray Santiago), son collègue de travail, et de Kelly (Dana DeLorenzo), que Pablo connaît et dont les parents ont été changés en deadites que Ash retourne dans la cabane (la fameuse !) afin d’y détruire le livre. Mais les choses ne se déroulent pas comme prévues puisque ce dernier accepte de le remettre a Ruby (Lucy Lawless), le démon qui l'a rédigé, afin qu’elle contrôle son pouvoir et le canalise. Une fin plutôt étonnante et déroutante et un season final excellent qui s’inscrit dans la veine des films.

 

La suite de la série reprend lorsque Ruby ne parvient plus à contenir les forces du mal. Ses enfants, des démons à l’aspect plutôt dérangeants, sont devenus trop puissants et se rebiffent contre elle. Ash, qui prend du bon temps à Jacksonville, se retrouve donc une fois de plus être la cible des deadites et à devoir faire ce qu’il sait si bien faire : tronçonner du démon. Il est contraint de retourner à Elbroke, sa ville natale, et de faire ce que font tous les héros : découper des corps à la tronçonneuse dans une morgue et finir la tête dans un rectum... Euh, non, mais plutôt affronter leur passé (le fait qu’il ait tué sa sœur dans Evil Dead premier du nom, sa petite copine dans Evil Dead 2, etc.) et son père. S’ensuit un affrontement délirant entre Ash et sa voiture possédée par le Necronomicon. Un rodéo rocambolesque qui se termine par le renvoi en enfer du dit livre. Malheureusement sans le livre ils ne peuvent pas se débarrasser de Baal qui, lui, est revenu de l’Enfer ! Ce dernier capture et torture Ash en essayant de lui faire croire qu’il a tout inventé, en le maintenant prisonnier dans un asile psychiatrique (classique certes mais très bon épisode !). Finalement ils parviennent à tuer Baal, non sans dégâts, et c'est encore une fois complètement stone que Ash décide de remonter le temps pour détruire le Nécronomicon, avant que son lui du passé ne le trouve. Une fin qui fait écho au troisième film de la trilogie (et à la saga Retour vers le Futur), qui est bien réussie et qui laisse le champ libre à une troisième saison !

 

Un série pour les vrai(e)s !

 

Ash vs Evil Dead – le debrief

 

Si la première saison est construite autour de la relation entre Ash et le livre, et de leur impossibilité à se séparer l’un de l’autre, comme liés par le destin, la seconde s’oriente d’avantage sur le personnage d’Ash (sa relation avec son père, le fait que les habitants de Elbroke pensent que c’est un assassin, etc.). Ainsi la seconde saison étend et enrichit l’univers de la série quand la première fait le pont entre les films et la seconde saison. Les deux se complètent parfaitement et il m’est apparut que plus la saison 02 avançait, plus j’appréciais cette série. Comme si elle gagnait en puissance continuellement. Mais ce n’est aussi peut-être que mon ressenti. Et puis il faut avouer que son univers et son ambiance sont si bien définis, que tout est si cohérent et que la série est lucide sur ce qu’elle raconte, que, à la seule condition d’aimer évidemment ce style, ça ne peut que plaire !

Mais pour plusieurs raisons cette série ne s’adresse qu’à un certain public, qui sait apprécier le cinéma de genre, l’épouvante, le gore, etc. Pour ceux-là cette série est jubilatoire et fantastique ! C'est sans compter l’humour burlesque, loufoque et le personnage de Ash, à la fois graveleux, lourdingue, et j’en passe, qui peuvent rebuter. Mais passé la barrière de l’humour et du personnage principal très haut en couleurs on se rend compte que la série est assez unique : son ambiance sombre et sa lumière pâle (la série évolue constamment dans des teintes noires et grises), sa photographie plutôt bonne, ses costumes et ses effets visuels très réussis et sa maîtrise parfaite des codes de l’horreur (plans de caméras, jumpscars, faux jumpscars, etc.). Et il y a aussi les personnages qui (hormis Ruby qui n’est pas très bien interprétée et qui est un personnage assez creux) sont caricaturaux, drôles et plutôt bien joués. Ash évolue (mûri même, dans une certaine mesure) et nous devient toujours plus familier, un peu comme un pote ! Tous ces éléments contribuent à l’ambiance Evil Dead que j’adore et qui fait quelque part partie de ces œuvres à la fois très réussies mais également un peu volontairement nulles, ou du moins simples dans sa narration mais qui, par sa simplicité, est également généreuse. Et ainsi presque parfaite !

 

 


avatar Roman le 16/01/2017  -  commentaires

commentaires

Commentaire ajouté avec succès