Chronique série

Taboo : OK Corral à Londres.

Taboo : OK Corral à Londres.

Dans l'ensemble, cette série est plutôt passé inaperçue. Nous en avions entendu parler au moment de son annonce, en pleine « Tom Hardy Mania » (il surfait encore sur Mad Max: Fury Road alors), et puis plus grand chose. Appréciant quand même l'acteur (alors que je n’ai même pas vu Mad Max, boooouuuuuh), notamment grâce à sa bonne prestation dans Peaky Blinders, nous nous sommes dit à ScreenBreak « pourquoi pas ? ».

 


Décidément, il s'en passe des choses à Londres !

 

Taboo a d'ailleurs quelques similitudes avec Peaky Blinders (ils ont un créateur en commun du coup) : même lieu, même époque (à une centaine d’années près bon), globalement les mêmes problématiques (l'honneur, le business, l'insoumission..) et majoritairement centré sur un seul personnage. Pour autant, Taboo développe son univers entièrement autour de son personnage, James Delaney (Tom Hardy donc), alors que dans Peaky Blinders, le focus concernait l'ensemble de la famille.

James Delaney revient à Londres, après dix ans d'absence, en 1813, à la mort de son père. Tout le monde le croyait mort, et son retour arrange peu à cause du testament : James est l'héritier d'une baie sur la côte Ouest des nouveaux États-Unis. En pleine guerre entre le Royaume-Uni et les U.S ? (pas la première, la deuxième), ce lieu attire toutes les convoitises à cause de son emplacement stratégique au niveau militaire. Se lance du coup une lutte « seul contre le monde entier », dans laquelle James devra sortir victorieux.

On ne suit que très peu d'autres personnages en termes d'intrigues parallèles, tous étant de près ou de loin reliés à James. La seule exception étant les complots de la Compagnie des Indes Orientales qui nous sont montrés comme le groupe de capitalistes véreux et tous puissants ne renonçant à rien pour s'emparer du territoire de James pour asseoir sa mainmise sur l'Empire. Alors oui, il y a bien le Roi, les américains, la famille de James… qui veulent leur part du gâteau, mais ils ne représentent pas de danger mortel à mon sens, et n'apparaissent pas beaucoup à l'écran.

 

Il a un bon look remarque

 

Rien de transcendant mais ça va

 

De par son passé et son ascendance, James a aussi un profil mystique, de shaman. Je n'en dis pas plus, mais il aurait été tout aussi bien soit d'accentuer cet aspect, soit de s'en passer, car ça n'apporte pas grand-chose au récit. Rajouter une profondeur au personnage ? Peut-être. En tout cas, il est bien interprété par Tom Hardy, qui semble en fait se jouer lui-même. On ne connaît pas grand-chose de l'homme, de son passé ou de ses émotions : il a une fâcheuse tendance à répondre aux questions par une autre question, ou de s'en aller dans un effet dramatique sans donner la réponse. De même, comme nous l'avons dit, de par le nombre réduit d'épisodes, les autres personnages ne sont pas très développés : c'est bien simple, on ne connaît rien d'eux non plus (mise à part des trucs du genre « alors toujours contrebandier depuis le temps ? »). Pour autant, ils sont tous bien interprétés, avec pas mal de têtes connues, dont certains de grands talents. Je pense à des types comme Mark Gatiss, méconnaissable dans le rôle du Roi (le frère de Sherlock Holmes tu sais), ou Jonathan Pryce qui joue un bourgeois sans foi convaincant (alors qu'il est plutôt sympa dans la saga Pirates des Caraïbes). Ah et il y a la rafraîchissante Oona Chaplin (qui meurt dans les Noces Pourpres dans Game of Thrones) !

L'intrigue est quand même plutôt intéressante, James est quelqu'un d'intelligent et d’inventif, et il a toujours un coup d'avance sur ses concurrents. Le final de la première saison est pas mal, et permettra sans nul doute de relancer la série. Enfin, et je pense que c'est l'un des points majeurs, l'ambiance crasseuse du Londres de cette époque est fidèlement retranscrite. On s'y croirait ! Attention, c'est quand plutôt sanglant, du genre dégueu quelque fois, soyez prêts !

 

Ça rigole pas les gangs à Londres

 

En bref, une série sympa, pas non plus la série du siècle, mais sympa. Bien loin que ce qu'on aurait pu attendre de Tom Hardy, mais attendons de voir la deuxième saison !

 

 


avatar Jeremy le 10/05/2017  -  commentaires

commentaires

Commentaire ajouté avec succès